• Chapitre 6 : Interrogatoire ?

    Je sais que cette scène marrante dans la cuisine ne durera pas. Je sais que, bientôt, je vais me faire questionner sur mes actions d'hier. Je sais que je vais en prendre un coup. Mais je fais comme si je ne le savais pas. Papa a toujours ses mains sur mes épaules. J'en viens presque à me demander comment il a fait pour ne pas se tordre de rire. Mais le silence est revenu. Encore plus pesant qu'avant. Un frisson me parcourt le dos. Mon chocolat n'a plus le même goût que d'habitude.

    « Kat'. Il faut qu'on parle. »

    Je sens d'un coup la peur me gagner. Que pourrais-je lui répondre, à part que je ne sais pas ce qu'il m'est arrivé cette nuit. J'essaye de rester calme. Le plus calme possible. Mais sa poigne se fait plus persistante. Il faut que j'essaye de positiver.

    « Moi je veux bien, mais tu veux qu'on parle de quoi ? De mon comportement ? On n'en parle pas assez tu trouves ? Je t'ai déjà dit que je n'en changerai pas, et pourquoi je n'en changerai pas. »

    Je me retourne pour le regarder dans les yeux. Grosse erreur. Je viens de le mettre en colère, avec mon idée à deux balles.

    « Tu crois franchement que tu peux te permettre des fantaisies après ce que tu viens de nous faire ? Et tu oses en plus me parler de cette façon ? Encore heureux que je refuse de lever la main sur toi … Sinon tu aurais déjà la joue rouge. Si ce n’est pas les deux joues rouges. »

    J'ai honte d'avoir énervé Papa. Tellement honte, que les larmes me montent aux yeux. Je me retourne vers Lena, l'implorant du regard. Mais elle détourne le sien. Elle voudrait ne pas être ici, dans cette pièce. Mais elle n'a pas le choix. Voyant le désarroi de Lena, Papa me force à me lever de ma chaise sans pour autant me brusquer.

    « Lena, je te dirai tout après. Après tout, tu n'es pas obligée de subir ça. »

    Papa a parlé avec douceur. Pourtant il est toujours en colère. Lena le regarde. On peut lire un remerciement et de la gêne dans son regard. C'est ce regard-là que je déteste le plus chez elle.

    Papa m’entraîne vers son bureau, à l'autre bout de la cuisine. On peut hurler à la mort que même depuis la cuisine, on n'entendrait pas grand-chose. Les murs défilent dans le silence le plus complet. Seuls nos bruits de pas rompent ce silence. On arrive enfin devant le bureau. J'ai eu l'impression que ce moment a duré des heures et des heures. Ce qui n'a pas vraiment calmé mon esprit. Papa ouvre la porte et m'invite à rentrer en me poussant légèrement. On pourrait croire qu'il a peur de me casser, comme on pourrait casser une poupée de porcelaine. La pièce est assez petite pour un bureau. Et le plus dérisoire dans cette pièce, c’est le bureau. Il s'agit juste d'une table d'école. Une simple table d'école. Le reste de la pièce est vide. Et on appelle ça le bureau.

    « Écoute Kat', tu sais que tu peux tout me dire. Si tu vois quelqu'un, je ne t’interdirai pas de voir cette personne. Tu peux me faire confiance. »

    Papa s'est adouci. Même si je peux tout lui dire, si je lui raconte ma mésaventure de la veille, je pense que je vais passer pour folle à ses yeux. Papa me fixe depuis qu'il s’est tu, attendant ma réponse. Mais je ne lui réponds pas. Cependant quelque chose semble l'intriguer. Il se lève et s'approche de moi. Je devrais paniquer. Sauf que je ne panique pas. Je ne sais pas pourquoi. Au contraire. C’est comme si je voulais qu'il sache sans devoir le lui dire. Papa est juste devant moi. Je refuse de lever la tête pour le regarder. Pas par défi. Par peur. J'ai juste peur qu'il s'énerve à nouveau. Cependant, tout ne se passe pas comme on l'attend. D'un coup il me prend dans ses bras, comme si il câlinait une enfant en pleurs. Sauf que je ne suis pas une enfant en pleurs. Je suis juste une enfant au bord des larmes, prête à craquer car elle ne comprend plus rien à la situation. Il se met à parler comme à une gamine en pleurs. De façon inintelligible et inaudible. Et pourtant je me laisse aller. De toute façon, il a compris qu'il m'est arrivé quelque chose et que je n'en parlerai pas. Enfin pas maintenant.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :